UNE MONDIALISATION « ACCOMPLIE », LAQUELLE ?

Lorsque la dite « mondialisation » actuelle repose sur moins de sagesse que d’enrichissements personnels, et qu’elle entraîne un véritable fiasco social, avec :

– 50% des avoir financiers réservés à 1 % des riches ;

– que dans le même temps 45% des plus pauvres n’ont que 1% des avoir mondiaux…

– qu’une part croissante de la jeunesse qui travaille n’arrive plus à se loger à cause de la spéculation immobilière, avec une précarité accrue des emplis;

…qu’on ne nous dise pas que les experts mondiaux ou étatiques en seraient vraiment, et que l’hypocrisie honteuse de la phobie de possessions outrancières ne serait pas le premier fléau mondial, car il l’est !!!

La dite mondialisation n’a fait qu’accroître les monopoles abusifs cherchant à écraser toute concurrence.

Il n’y a guère d’efficacité de contre-pouvoirs à ce sujet, car le consensus est d’être « riche à triches »…, peu importe comment ni pour quelle illusoire « finalité » inavouable. On n’en examine jamais les conséquences écrasantes… C’est un  diktat pire que tout extrémisme, car durable.

Le « loup aux dents longues » passe devant toute considération éthique et sociale fait d’auto-responsabilité de soi…, alors que nos dirigeants devraient être avant tout des sages humbles, aspirant à travailler au mieux pour le bien commun en respect de tout ce qui est, et rien d’autre.

Quelle haute école administrative forme et recrute en ce sens-là depuis l’enfance ? Quelles autres hautes écoles scientifiques suivent en prenant garde aux artifices produits et leurs déchets non recyclés ?  Un adulte déformé par l’avidité de pouvoir et par ce qui s’inscrit sur sa seule cale-cule-êtes n’est pas récupérable…, comme les enfants obsédés de jeux vidéos  (exception faite peut-être de certains trop rares jeunes patrons modernes, comme quelques-uns du web, avec encore suffisamment de cœur et de conscience d’ensemble, tel Elon Musk).

La nouvelle société à venir ne pourra que s’affranchir de la finance mondiale injuste et des échanges lourds excessifs à pollutions sans fin… Transporter des produits d’un bout à l’autre de la planète en flux tendus très énergivores…, ou des bouteilles d’eau minérale sur camion de 35 tonnes et plus, est une hérésie, la rendre payante encore plus (l’eau du robinet de moins en moins potable en maints endroits…).

Les transports devront évoluer plus vite, car ceux « de masse » guère adaptés quand toute notre société mondiale a besoin de cesser de traîner et perdre son temps en embouteillages « déments-ciels » (à fog résiduel sans vue d’étoiles au firmament, que des firms-aaa-ment…), de travailler son jardin pour se nourrir bio, de plus se connecter et de se dématérialiser, d’acheter juste et propre,  pour limiter ses nuisances.

Un exemple nous est donné en France avec la SNCF pyramidale (et pas la seule) qui n’a pas été obligée de suivre le modèle suisse si exemplaire de transport des camions via le train. Ce monopole est en déficit car la croyance que la vitesse permettait toutes les hausses de tarifs fait fi de l’aspiration des gens à prendre son temps, apprécier les paysages, sinon de se libérer du temps libre connecté à distance, sans plus tant se stresser par des voyages à parlotes en vis-à-vis trompeuses et inutiles de prétendus experts trop compartimentés dans tel ou tel domaine.

De même pour toute activité (prétendue quasiment « propre ») telle que les exploitations des énergies fossiles qui auraient un « droit inaliénable » de polluer le monde à loisir (en plus subventionnés à l’inverse des initiatives individuelles en énergies renouvelables fait que notre époque devient folle de société inhumaines et égoïstes prêtes à écraser de leurs offres moins-disantes toutes les petites initiatives locales, comme c’est le cas en France et en Allemagne, ces grands consortiums en plus de moins en moins imposés là où elles agissent….

Comme je l’ai dit ailleurs, se précipiter encore et encore à faire des taxes en plus sur de faux « modèles de croissance » ne fait pas CROISSE… SENS !

Pendant ce temps-là, 28 % de la population française, en précarité croissante, ne peut même plus trouver de transport suivant ses moyens…! Aucun n’est gratuit, pourquoi ? Parce que pas assez léger et propre, à énergies renouvelables venant de « chez soi » comme le GNV et la méthanisation en campagne, qui aurait dû passer dès le départ avant toute autre énergie fossile d’importation et à effets de serre…!§! Pourquoi si peu de ces subventions utiles en nos campagnes vides de jeunes (pas faussement trop instruits), comparé à l’Allemagne ?

Ces énergies-là, renouvelables et à récupération de méthane tant à effet de serre,  au moins, devraient être généralisées et presque gratuites, car c’est de salut public et simple justice, tout comme apte à donner plein d’emplois décentralisés pour jeunes ayant décroché d’études sans fin ne menant à rien… Alors que le dit « modèle » d’urbanisation anarchique des hameaux pour en faire des villes à  embouteillages grandissants, vite irrespirables n’est jamais remis à plat !

Dès lors que l’industrie, le commerce, les administrations reposent sur des prérogatives indéracinables, il y a de quoi se préoccuper du futur, une fois de plus et de trop !

Le pire est de ne même plus tenir compte de la qualité de vie saine des populations d’autre fois, autarciques et responsables de leur lieux de vie, aub point qu’empoisonnés à vie, nos jeunes n’ont guère d’espoir de transmettre à leurs enfants des gènes sains dignes de la sélection naturelle de toujours.

C’est ainsi que dans l’ignorance ou le refus de considérer primordiaux les grands équilibres cosmiques de La Vie et de l’exigence constance du discernement et de gestion des consciences, les civilisations finissent par se perdre…, en ne considérant plus que des factorisations compliquées et partielles…, au service esclavagiste aveugle d’uniformités (en uniforme ou à robots), ne se véhiculant plus que sur des engins à chenilles et au pas cadencé…, prêt à tirer sur tout ce qui bouge (mieux et plus qu’eux), de préférence de loin, par drones ou autres…, de peur de se salir les mains sans jamais être calme et admiratif du Vrai de la faune et de la flore (eux seuls diversifiés) un outil de jardin en main !§!

LA CIVILISATION « SIMULACRE »… JUSQU’OÙ ?

Depuis la plus haute antiquité, et certainement bien avant, l’on fit croire aux humains que les citadins enfermés entre 4 murs avaient plus de sécurité et de bénéfices (trompeurs) que d’autres (à la campagne. Les campés avec hargne faisait face avec dédain aux paysans joyeux qui acceptaient de les nourrir pour rien, parce que juchés sur des chevaux, qui d’autres sur des chars à bœufs puis sur des carrosses (finissant tels des rois fainéant ou dans le rôle de rosses jamais satisfaits de leur sort à ne plus bouger et transpirer de leur corps entier…).

L’humain cru bien arrivé dès que déguisé en costume rigide, trop serré et dit « d’apparat » (pour cacher ses défauts physiques) nous rappelle les quantités de fausses civilisations chinoises pleines de mandarins ne marchant plus (leurs femme même aux pieds raccourcis pour faire « beau »…), qui ne surent plus que de vanter à leurs peuples les viles villes, tout en rackettant de tous côtés les campagnes !§!

Le résultat en fût que bien des paysages finirent désertiques…, érodés et en crues…, le bon limon perdu pour toujours… (pour « toux-jours » en mégalopoles ?). Regardez  le manque de rizières et d’arbres en amont du barrage des trois gorges, et il y aurait presque de quoi rire à gorge « déploie-HAIES ».

J’ai pourtant indiqué la seule méthode paysagiste et anti effet de serre valable pour les continents (cela depuis 2002 sur https://greenjillaroo.wordpress.com), mais rien n’y fait !

Les soi-disant dirigeants citadins (sans site à daims…, mais « part-fête-te-MENT » formés dès « l’ai-colle » à mentir comme des arracheurs de dents… !), dans leur croyance et éducation mégalomaniaque du taxable à fond…, ne vont plus aux fonds des choses simples, basiques, vraies qui conditionnent les grands équilibres planétaires, de conscience et de vie.

D’où nos contestations populaires de plus en plus fréquentes d’esclave du sexe qui en viles villes, sans plus bouger et SE DEPENSER VRAIS, ne se maitrisent plus !§!

Publicités

Enfin une astrophysique et quantique réunifiées et très cohérente ?

Le jeune physicien Nassim Haramein a développé une théorie cosmologique et quantique unificatrice et cohérente à partir de constructions tétraédriques de la réalité qui semble tenir debout pour réunifiée toutes les incongruité de nos vues déformées et trop séparées de la Grande Création universelle (voir lien en marge de droite).

Sa façon de présenter la chose en terme d’horizons topologiques en vortex spatio-temporels de torsion rejoint très exactement ce que transmettaient les ummites dès les années 1970 concernant leur compréhension universel (fonctionnant en trous spatiaux et vérifiées sur leurs engins spatiaux) de torseurs infiniment petits (indétectables avec n’importe quel instrument, même pour eux, très en avance sur nous) qu’ils avaient affublé dans leur langage du terme de torseurs de vecteurs énergétiques spatio-temporel IBOZOO UU (écrit phonétiquement). http://www.youtube.com/watch?v=e1UC_vkSKrI

Qui leur permettaient de passer instantanément dans un univers gémellaire par changements d’axes, ce qui d’après les ummites raccourcissaient considérablement les distances spatiales énormes en court-circuitant les plis de l’espace-temps. L’astrophysicien Jean Pierre Petit, analysant ce dossier (en provenance d’Ummo, à environ 14 années lumière constellation de La Vierge) très technique et en avance sur nos connaissances de l’époque, avait fait à l’époque tourner un modèle d’univers gémellaire sur l’ordinateur du CERN qui avait démontré cette possibilité d’univers gémellaire, tout en s’intéressant à une éventuelle propulsion  des ovnis sous forme d’enveloppe de plasma magnéto-hydrodynamique M.H.D..

Curieusement, comme le confirme Nassim, la physique dite classique (même moderne) fit l’impasse bizarre dans beaucoup de ses calculs énergétiques sur les effets de vortex, de torsion, de forces centrifuges ou centripète et de Coriolis, il est vrai très compliqués pour l’époque, sans ordinateurs puissants !§! Même au niveau des noyaux de l’atome !

D’où la fausse parade en parlant d’énergie cosmique « caché », de matière « noire », d’énergie « sombre » du vide qu’on sait maintenant très puissante…, toutes des leurres pour cacher les insuffisances de cohésion fondamentale de la physique. Ce que cherche depuis longtemps à lever Nassim.

Et, il semble qu’il y ait réussi, ce qui est remarquable, mais fortement contesté par la physique classique qui se voit complètement remise en cause et ne l’accepte pas encore en 2014… -étonnant non…, cachant cette théorie au grand public, alors qu’exposée sur You-tube depuis 2003…, Burk !

De son côté Nassim Haramein, avec sa cohésion thétraédrique des événements spatiaux et infiniment petits qui séparent en tous lieux et dimensions de manière fractale fine la réalité à tous niveaux, semble pouvoir démontrer que la physique de papa est à ranger dans les catacombes (de préférence essais-nient-en).

En effet, il va bien plus loin grâce à ses méditations, voulues vraies et universellement bien connectées au plus large universellement connu, puisqu’il rejoint l’ésotérisme de tous temps passés, ainsi que la métaphysique intentionnelle pour démontrer que chacun vit au centre de Sa propre réalité créatrice (sûre si voulue littérale sans en douter), qui peut être très différente de celle des autres dès lors qu’il y a trop de séparation des points de vue, des compréhensions ou des croyances en terme d’horizons évènementiels.

Il est donc plus que temps que ce monde mette à plat toutes ses cachoteries monumentales, innommables, faites pour faire durer des dits « modèles » touffus et incompréhensibles de la physique qui ne fonctionne pas entre eux et qui nous ruinent en engins de plus en plus inutiles et coûteux, tels les accélérateurs de particules… Aller de plus en plus dans l’infiniment petit ne mènerait qu’à ne rien découvrir de cohérent de plus.

En exposant comment sa théorie unificatrice simple fait intervenir des trous noirs de toutes tailles en n’importe quel édifice stellaire, Nassim résout ainsi la frontière spatio-temporelle qui, nous le croyions jusque là, serait une frontière aux voyages spatiaux. Il y aurait des trous noirs potentiels partout,  surtout dans le vide, très énergétique comme on le sait déjà, et chaque ovni, même sans passer par celui du Soleil, serait capable de recréer un « trou de vers en forme de vortex (du genre de la série « SG1 la porte des étoiles », pour ceux qui voudraient s’imaginer cela plus simplement -cette série ayant été inspirée, bien entendu…).

Ce que révèle Nassim est plus que captivant, car il rejoint ainsi les  prétendus « mystères » des formes géométriques gravées il y aurait 10000 ans à Abidos en Egypte sur un pilier situé en profondeur, dans une partie très ancienne de temples enfouie sous des dépôts de sédiments de plus de 15 m, qui situe l’ancienneté.

Cette gravure géométrique tétraédrique fractale inscrite dans de la structure profonde du granit est une représentation universelle de vie et de toute la base des créations de l’infiniment petit à l’infiniment grand !

Des crops-circles déposés autour d’antennes de télescopes et autres, auraient répondu à notre message envoyé par le télescope d’Arecibo en code binaire, de manière très explicite. Mais bizarrement…, ni la Nasa ni l’astrophysique officielle ne l’ont mentionné…!§!

Tout cela pour faire du fric en prétendant chercher de « l’introuvable »…!§!

Pleins d’autres crop-circle confirment les bases théoriques de Nassim…, à l’évidence, les preuves abondent en toute notre histoire même !

On nous cache énormément de choses à la fois sur nos passés de venues extra-terrestres, que sur la forme et le fonctionnement réel de toute la Création…! Il est temps de se secouer les neurones de toutes ces inepties…!§!

Pour cela, il suffit de voir une pleine cohérence universelle dans son propre environnement, comme au niveau quantique infiniment petit de nos cellules et atomes, car Nassim démontre qu’elle existe de manière fractale.

Et que c’est à chacun de nous d’étendre cette lumière cohérente, autant dans notre infiniment petit personnel que vers l’infiniment grand (au moins la planète et son aura, si ce n’est le système solaire entier…), sous forme d’intentions créatrices d’Amour/Vérités larges/cohérence/Perfection/vie harmonieuse et saine intégrée correctement à la nature en la préservant vraiment sur le long terme…, etc !

LE FUTUR…: à NON INGÉRENCE BIENVEILLANTE… CONTRÔLÉE ?

La généralisation mondiale des big-datas capable de faire de la prospective analytique fine pour toute démarche sociétale deviendra vite une habitude à prendre. Cependant, une éthique exigeante devra être couplée à ces moyens informatiques.

D’après certains esprits bien branchés au niveau universel (potentiel non exclusif et accessible à tous selon nos choix exprimés et renouvelés, rappelons-le, et pas qu’aux ONG m’aime mes-dits-calent…) la Bonne Marche Universelle fonctionnerait, en raison des besoins de diversité performante des consciences et du vivant, sur LA NON-INGÉRENCE  BIENVEILLANTE, mais celle très contrôlée à distance…!

C’est à dire que nous ne serions jamais « seuls » en nos évolutions, comme tout autre monde semblable (du haine-y-aime type diraient certains, les jamais contents de travailler sur eux-mêmes).

Dans ce contexte, il ne suffit pas d’une politesse de façade à faux sourires aux dents parfaites, et derrière de faire le pire. L’univers multidimensionnel voit tout. Rien ne lui échappe. Cela a été prévu de tout temps comme sécurité de base.

Ainsi, ceux des dits vrais bons « dirigeants » actuels qui s’imaginent pouvoir tromper leur monde, comme avec le pseudo-attentat du 11 septembre 2001, ne voient pas que derrière le chiffre 11 il y a un facteur possible d’illumination des consciences, une fois que le pot—aux-rosses est découvert… : sueur-prises!§ !

Aux médias on ne la leur fait plus ! De même sur la « satanisation » de Sadam Hussein en Irak, pour piquer leur pétrole et vendre des (Hiii-)racks… d’armes en masse en déstabilisant à perpète les régions visées…

Les racks-quêtes, les BIG DATAS les analyseront sur le long terme et les déconseilleront, l’addition trop salée avec les déserts et carcasses de tanks ou d’avions ruineux qu’ils y laissent.

De même que seront analysées toutes les migrations de populations en raison des désertifications massives, tel au Sahara, il y aurait 12 000 ans plein de végétation et de lacs, d’animaux et de « sauvages » paisibles avant l’idée sautent-grenues de commercialisation de bétail en surnombre ravageant tout en tondeuse même aérienne, rien que pour s’assurer quelques belles jeunes femmes en surnombre, qui firent surpopulation rapide…!§ !

Que d’analyses manquées par ego du mâle prétendu dominant qui n’acceptait aucune contradiction ni aucune remise en cause de ses prés-tendus prérogatives (finissant ensuite en rogatons, famines et sécheresses calamiteuses, crues irrécupérables sans plus de semences d’arbre pour rattraper l’erreur monumentale faite sous prétexte de fausses traditions…, soi-disant issus de sagesses passées dites presque oubliées…).

Traditions mon œil, arnaques en forme d’excuse, comme chez les extrémistes de tous bords pour faire passer des croyances vendues « religieuses » en prime (avec le voile pour les femmes, pour-couacs-passes, vite engrossées à demeurer statiques chez soi en médinas irrespirables. On hiii-y’haies !§ !

« YEAH » rigoleront vite jaune (de sable) les amers-rites-qu’huns en prônant leur suprématie mondiale armée prêts-tendus sauveuse du monde entier, plus qu’à dentiers de riches à triches qui se déchaussent et se défaussent pour un rien, puisque leurs décisions divines du côté de l’âme jamais assez écoutées depuis l’enfance. Cette notion essentielle jamais apprise à l’école, comme par as-hard !§ !

La dérive mondiale est à son comble avec la surpopulation en des terres en ruines, obligées de migrer honte noeuds s’haies-où. Là où les BIG DATAS joueraient enfin leur rôles d’analyses fouillées des données générales toutes ensemble pour inciter ce monde à donner des moyens aux jeunes pour s’installer comme paysagiste responsable et quasiment autarcique, à glisser sur des canaux en barque plustôt que des les éliminer style mer d’Aral…

Il y a bien des jeunes qui le tentent déjà au Maroc, en région aride mais retenue, l’eau en sous-sol affleurant, et qui réussissent, tels des précurseurs à pépinières du désert !* !* !* !

Pourquoi pas toussent ceux cru « protégés »/pros-t-ais-je-JET..,

sous housse cons-forts-t’able…,

en house luxe-suent-US-eee…,

…et pas enfin à bouger en leur brousse vivante et calme à eux (non obèse et ruineux pour nos systèmes de santé, et sans dégénérescence rapide des générations futures où ils s’incarneront vite fait…) ???

Juste quelques poules et œufs, cela suffit en rab. Pas besoin de viande rôtie attendrie ou remplie d’eau d’ose-trop-gênes pour être plus chère, ni de m’erre-gueux-aise au rabais ni de barbe-culte (tiens jeu m’haï-gare sur le réseau Est-ce-En-C’est-Elfes, comme ss’haies blizzards) !!!

Ceux qui pensent que ce serait impossible, jeu leurre raid-torque-raide pas moins qu’un vol inutile de la NASE-N’A sur Mars, ou des Voyageurs I et II aux confins du système solaire, dans le prétendu vide… à explorer !!!

Nos BIG DATA, eux, ne feraient pas mine de se trompe-paient !

UNE CIVILISATION ENFIN ÉQUILIBRÉE ET PAISIBLE, POURQUOI FAIRE ?

C’est une bonne question que pourrait se poser tout ange de politicien eux-ropes-ai-huns (à défaut des autres eux-robs-haies-un).

Sommes-nous des anges pris sous le voile de conscience de la dualité, prenant pour « vrai » tout ce que l’on voit de dur et difficile, alors que juste des scènes de théâtre aux potentiels prêts à s’évaporer ?

La réponse est « Oui, oui, oui (AhAhAh… pour les agences de notation) ».

Dès lors, que devrions nous changer intérieurement pour ne plus vivre le stress accru des apparences, sans pour autant sortir de la réalité actuelle, tout en la maîtrisant de mieux en mieux ?

Il suffit de respirer profondément (me souffle mon côté haut de l’âme), tout en ayant l’intention (sans l’in-tension…) d’aller vers des réalisations qui ne nous confrontent plus (de moins en moins) aux croyances bloquées actuelles, celles à filtre sales de conscience style cigarette prétendue propre ou canette de soda vendue « sans alcool » (mais juste assez dedans pour vous rendre plus sûr de soi…, et capable de faire attention, comme mon SDF décrit plus loin !!!).

Faire aussi simple, juste à l’aide de nos intentions créatrices calmes ne doutant plus d’un résultat réel, précis, littéral…, quel stressé et pressé « d’en finir » actuel oserait y croire ?

C’est là justement le défi… : Tout ce que nous NE croyons PAS (TOUT…, littéralement : ce TOUT-là et pas un autre …) ne peut faire partie dès lors de nos créations.

Alors, la leçon de vie, de conscience créatrice revient sur le tapis encore et encore. Même sans passer par un casino style lasse-vêt-glace dirait ma défunte femme très calculatrice douce et 33 ans malade, constamment à la limite d’en crever à ne pas se répéter mieux (enfin gaie…rit) ! Ne pas tenter de croire en son Soi élargi, cosmique, est le pire…!

Si nous nous mettons un seul petit instant à nous calmer et à croire au mieux paisible présentement là, le stress cervical s’estompe, le risque d’AVC avec !

Je le teste pour vous : cela marche…, enfin pour ceux qui ont envie de se bouger en s’aimant à un niveau de perfection magnétique universelle voulu sans défaillance aucune. Pour découvrir que nos petits miracles de co-création sont de la physique littérale, de la science sûre, à vraiment travailler au travers de nos retranche-ments « religieux » mal acquis.

La CONFIANCE CREATRICE INTERIEURE est donc la marque de fabrique du bon véhicule, mieux qu’une Citroën noire des années quarante, ni même qu’une Lamborgini ou une Maserati. Ce n’est pas du tout le même type de réalisation, mais cela marche.

Ceux qui sont actuellement en grève des transports faire-haut-vie-èrre ne pourront y croire. Pourtant, ils trouveront d’autant mieux des solutions de remplacement, comme le co-voiturage, s’ils se font confiance en faisant confiance aux autres, décidés en sécurité totale au bon moment au bon endroit, et pas qu’un peu… !

Quel changement de mentalité !

Nous n’avons pas, aucunement à coller aux contraintes courantes qu’on nous présente comme obligées. Elles s’effaceront d’autant plus vite de nos viess que n’ous n’y prêtons aucune foi « réelle ». En effet, nous sommes volontairement incarnés sur Terre pour tester ces capacités-là de retournements créatifs de réalités. C’est du moins ce que j’ai vécu jusqu’ici en lâchant prise, au point même de vivre des libérations énergétiques lors de deux lévitations…, qui m’indiquaient toutes deux de ne pas m’inquiéter (même lorsque je perdis mon emploi dans l’industrie).

Cela, la science dite d’avant-garde est bien incapable de l’expliquer (je m’intéresse comme vous toussent à la dé-gras-vite-station sans arriver à rien comme toux bonze aryen).

Pourtant en m’aimant et en bougeant à fond, le sucre ne me fait plus mal aux dents à 69 ans, le sel des cacahuètes et bretzels non plus. C’est une découverte récente que jeune niais pas encore breveté. Je vous la livre franc-cop de porc… !

Nos prétendue limites physiques sont relatives à nos croyances, tantôt du pis-peau, tantôt fat-all. Les obèses ont tous et toutes à travailler sur leur apparence liées à leurs croyances tenaces. C’est le jeu du fou qui toque l’arène jusqu’à ce que le taureau l’encorne. La vie n’est que des suites de rêves fortement teintés de crédibilité prête à s’effacer très rapidement. La preuve, habitant à la campagne et aimant beaucoup la nature, toute une nuit je me suis mis à aimer fortement la végétation entourant ma maison. Le lendemain matin, en ouvrant mes volets, quelle ne fût pas ma surprise de voir toute la nature grossissant vers moi comme pour me sauter au visage en remerciement.

Cela ne dura qu’un instant mais fût très réel comme création par l’esprit (et part laisse pris dirait un ami SDF, force de la nature, dont le chien vient de le renverser en haut d’un échafaudage plus que peu stable, en tirant sur sa laisse, car le type ne dit pas sa réalité sûre d’avance, la main droit en compote, celle qui donne du mou au chat). Lui, ce sympathique SDF qui « essaye » de se construire un chalet en un endroit escarpé du Midi, se joue bien sa comédie avec ses chiens en laisse, et ne se fait pas assez confiance pour dire s’aimer travailler et avoir une vie qui tienne, bien qu’il soit une vraie force de la nature…

Ouiii, toute expérience fâcheuse appelle à être reconnue comme une leçon de créativité sans en faire un drame à se jeter par la fenêtre. Les grandes dépressions financières mondiales, nous pouvons toutes les surmonter en décrétant facilement et paisiblement arriver à passer outre.

Nos drames pleins d’échecs personnels et sociaux peuvent perdre toute densité en décrétant à l’avance les contourner aisément. De plus, si les BIG DATA type méga-computer Watson sont maintenant capables de battre des maîtres des échecs ou de jeu de go avec des finesses de stratégies incroyables, ils sont en mesure d’analyser les caractères et lacunes de nos élèves à n’importe quel niveau, pour offrir de manière continue des options éducatives et psychologiques interactives étendues afin de corriger le tir.

Là plus qu’ailleurs une compétence à long terme est demandée, sans les fausses prétentions de quinquennat qui veulent rehausser la côte d’un président prétendant modifier toute l’éducation nationale…, à chaque fois qu’il s’assit pour la première et dernière fois sur son siège présidentiel. Cette organisme ne sachant plus ensuite où donner de la tête avec ces changements incessants de directives hâtives trop centralisées.

Tout étudiant qui dit arriver aisément à bien réviser ce qu’il faut, et de passer aisément ses examens y arrivera tout comme moi. Peut-être avec une grève SNCF qui amadouera les examinateurs vu le stress accru apporté. Moi ce fût presque donné car ils chiaient presque dans leur froc en 68, de peur d’être débordés par la jeunesse en colère !§ ! Ce qui sape-p-ailes… ferre avec sonde tend !

Fini le riche aisé qui triche avec tout, se ment en disant qu’il a mérité son poste élitiste par la force du poignet, genre oncle pique-sous, tel un fils à pas pas rêvant de finir immobile en parlotes inutiles en hémicycles irrespirables ! Il faut comprendre devoir avancer en verres-hiii-tait !§ ! Jeux vous le disque hors-rrr’eaux-d’hâteurs…

Quelle vérité se dit-on obtenir ? Toutes les variantes de potentiels en sont possibles… ! TOUTES !

Et pour finir, concernant la nature en déroute, la déforestation, l’effet de serre, chaque paysage et géologie de ce monde seront analysés finement par ces BIG DATA en parallèle des vues satellites, pour tenir compte des pires endroits et cuvettes sèches ou érodées (bassins versants) à redresser suivant ma méthode à terrasses rizières à talus arborés. Afin d’éviter, comme au Cambodge des collines et ailleurs…, les inondations cata ou déserts larvés (voir la Drôme des Collines en France, qui l’a échappé bells, tant de paysans à choisir la mécanisation hâtive…: qui détruit les sols pauvres en un seul passage de charrue travaillant trop en profondeur…, puis à finir à l’église à prier inutilement…, sans regarder ce qui cloche d’abord sur le terrain).

Tous ceux à chercher à jouer les touristes continuels polluant la planète…, le regard plongé sur leur « smart » faux-on, et de plus en plus assistés de partout comme en parc d’attractions de plus en plus faux et débiles pour faire acheter des gadgets qui iront très vite à la poubelle la mode de figurine passée – sans regarder, observer minutieusement la nature qui les fait vivre – jeu laids bennes-y !

J’USQU’OU ANALYSER ET MODÉLISER LES DÉRIVES DE CIVILISATION ?

Nous possédons maintenant sur Terre, grâce au BIG DATA de moyens très performants et sûrs d’analyses fines par l’informatique dispatchées, réparties puis regroupées, traitées en centre de calculs et de prospective, des moyens étonnants pour faire varier les perspectives des paramètres sociaux, économiques, financiers, écologiques les plus complexes et fins.

Durant la décennie 80, j’avais moi-même travaillé 5 ans pour collecter des données de performances industrielles pour le siège d’un grand groupe, soit environ 220 paramètres à faire évoluer sur 53 usines situées de par le monde, des cimenteries. Tâche ardue à l’époque car la programmation lourde, la rigidité des logiciels à inventer n’aidait en rien.

Ce n’était rien en comparaison de la collecte immense de données en astrophysique… !

Mais ce qu’on sait faire pour l’espace, il y aurait une négligence coupable à ne pas en développer d’abord les moyens équivalents pour analyser les données et faire de la prospective au sujet de notre si belle planète, Chef-d’Oeuvre du Vivant !

Face à l’accroissement de l’effet de serre dû à l’excès de gaz fossiles dans l’atmosphère, les « performances » cimentières étaient coupables de ne rien régler du tout en terme d’élimination de CO2, sans parler de l’autre côté des dégâts de non correction des cimes plus assez entières, plus suffisamment couvertes d’arbres par érosion ou négligence humaine.

Comme la situation sociale et de l’emploi mondial actuel montre que les perspectives de développements s’essoufflent dangereusement, ce monde ne peut s’éviter de travailler beaucoup plus en prospective tous azimuts, en modélisations croisées variables, pour connaître les conséquences précises de tout choix politique, social, économique, écologique.

La complexité abusive de notre monde moderne, presque inévitable en raison de la surpopulation et de la mécanisation non régulées comme il le faudrait (la nature s’en chargeait si bien autrefois pour les naissances et l’utilisation d’outils manuels…, jusqu’à la découverte du cuivre et de l’étain à l’âge du bronze…) nous conduit inévitablement à reconsidérer tout le mode d’analyse et de développement opérationnel de notre société.

La dérive actuelle des prétendues « idéologies  politiques valables » vers le protectionnisme ou le nationalisme (« Bannir les collectivismes en isme il faudrait ? »), sans perspective de solutions autres, nous démontre qu’il est urgent de ne plus aller de gauche à droite, ou, de continuer à naviguer entre deux eaux de conscience en terme de gestion planétaire.

Une rigueur encore plus importante que celle de surveillance des performances industrielles abusives s’impose. Elle ne peut être réservée à quelques spécialistes pointus à gros cerveaux et grosses lunettes qui soient les seuls à comprendre ce qu’il font.

Il faut donc que tous les paramètres collectifs en cause soient expliqués aux peuples suivant des schémas camemberts et graphes clairs, continuellement mis à jour, tout en exposant toutes les variantes possibles. ou de leur donner la possibilité de faire des simulations personnelles sur des programmes appropriés les concernant directement (choix d’études, financiers, de placements à long terme, de formation continue, de population, de mariage…, etc).

Non seulement il sera impératif que nos dirigeants, nos élus soient experts en ces questions-là, mais que chaque individu puisse le devenir aussi afin de comprendre ce qu’on leur prétend vrai ou pas.

Plutôt que de seulement calculer à l’école des débits de robinets qui fuient ou de faire de la philosophie complexe qui ne résout rien en vue du bac… Sans savoir à quel point le monde a réellement besoin ou pas de tels enfants formés trop vaguement pour des emplois futurs, si eux enfin bien cernés sur banques mondiales très complètes !!!

Des créneaux de ressources énergétiques multiples, autonomes et décentralisables doivent être trouvées bien avant la fin des énergies fossiles, et que tous aient les connaissances simples pour ne pas traiter la planète que d’une seule abusive manière en jouant sur de soit-disant coutumes locales non analysées autrement :

Ami(e)s,

En regardant (guidé par ma part haute me réveillant même la nuit pour voir le mieux voulu vraiment…) une émission sur les canaux et marais de Vendée, j’y ai vu à mon grand étonnement un batelier remuer de trois coups de rame le fond vaseux des canaux…, bordés d’arbres, puis sortir son briquet et allumer ce qui en résultait au ras de l’eau. Le méthane dégagé des fonds vaseux, produit par les feuilles d’arbres pourries, dégagea alors de longues et importantes flammes !

C’est donc la preuve qu’en faisant méthanisation, même domestique chez soi, par exemple avec deux cuvettes dont l’une plus petite renversée au dessus d’un tel mélange et percée et raccordée à une cuisinière, l’on peut faire du méthane / GNV pour les gazinières, les chauffe-eau les autos électriques à complément d’autonomie au gaz naturel,  facilement. Simplement avec les déchets de haies et feuilles d’arbres collectées alentour, si bien fournie dans la nature environnante en mélange de terres cultivées et de rangées d’arbres, dite culture en agroforesterie.

Surtout en pays plats trop arides, secs et sans eau comme La Sicile, le Maghreb, le Moyen-Orient où les peuples ne savent plus comment survivre, alors que les réserves de pétrole prouvent que ces régions étaient abondamment couvertes de forêts en des temps très reculés. Pourquoi pas à nouveau en local. Chacun son propre régulateur climatique et paysagiste en son jardin plein de haies hautes régulées sur le plan du feuillage pour éviter tout arrosage l’été.

Il suffit de remuer légèrement le tout de temps en temps. Le mélange de végétaux gagnerait à être haché avec un hachoir à main sur une planche en bois (pour ne pas faire consommation électrique stupide avec hachoir électrique…).

Une cuvette supérieure renversée peut faire pression si on met des poids dessus, un dico par exemple, et qu’on remplit le bord relevé d’eau pour stabiliser le tout.

Les ukrainiens, en manque de gaz et d’argent…, feraient bien de se dire aligné au mieux à leur part intuitive haute…, pour cela comme pour le reste, au lieu de tout attendre des abusifs de l’extérieur !

Bouger beaucoup en pleine nature (au moins 30 mn de marche rapide par jour) et de se dire précisément mieux, cela sert (la méthode Coué en prime, jusqu’à obtenir un résultat littéral – tout bête…!).

A.J.T.

Au lieu de se laisser aller à toutes les formes de divagations émotionnelles sur le droit au libre-arbitre, sur le « droit » aux grèves incessantes qui font qu’une minorités de travailleurs abuse complètement de prérogatives néfastes, notre société devra devenir prospective de fait, très pragmatique et interactive avec le moins d’erreurs faites. Chacun ayant sa place en fonction de ses capacités intellectuelles et physiques réelles mieux mises en évidence par des contrôles plus doux et progressifs que des examens barrages tel que le baccalauréat en France.

Toute sa vie, l’humain devra remettre en question ses acquis, se tenir pleinement informé des variantes évolutives possibles des mécanismes de société, et de s’adapter plus facilement et progressivement aux défis individuels et collectifs à relever en se formant bien à l’avance.

Ce que le BIG DATA permettra, c’est certain, en calculant les multiples potentiels d’évolutions possibles, ce que aucun humain ou structure classique ne serait capable de faire en temps réel.

Je me suis bien adapté à partir d’une situation de cancre à l’école (peut-être par manque de mémoire à cause d’une sortie de corps enfant…) pour remonter par l’enseignement technique et beaucoup de curiosité incessante, tous les échelons en quittant le classique à 16 ans. Ce qui prouve que tout esprit qui accepte enfin de se faire confiance, se dire plus réactif en interactivité pragmatique d’avec sa conscience multidimensionnelle universellement enfin acceptée connectée et sans filtre pesant du passé, donc vu au bon endroit et au bon moment pour tout, peut y arriver tout comme moi.

En fait, bien avant d’enseigner la lecture de graphiques de bases de données complexes à nos enfants (ces bases locales et globales d’informations interactives du futur, la prospective devenue une matière scolaire courante), une connexion non technologique déjà là est à leur faire connaître intérieurement, nettement plus performante et souple. Cette connexion bienveillante ne peut intervenir sans nos demandes maintenues sans en douter.

LA CONNEXION « SUPÉRIEURE » INDIVIDUELLE, QU’ELLE EST-ELLE ?

Jeune, je m’étonnais autant que ma sœur aînée d’avoir des parents qui ne disaient rien… Il nous semblaient coincés dans leurs croyances et émotions. C’était en partie vrai…, mais, bien plus tard, j’ai réalisé qu’ils étaient pour moi, sans trop le savoir, rien que par leur calme, des enseignants sur la Connexion intérieure d’informations hautes, atemporelle, déjà prévue aux origines de la création des mondes physiques. Une connexion d’informations parfaites, toujours à jour.

Cette connexion unique, infiniment personnelle, qu’on pourrait qualifier d’extralucide à notre niveau 3D, est à faire connaître aux jeunes dès l’école, sans prendre le voile ni faire pension « religieuse » comme moi coincé chez les curés des ânes-niais, car elle est métaphysique (donc scientifique, littérale et sûre, sans jugement) et déjà présente en chacun, au choix de son libre-arbitre, de se faire confiance intérieurement ou non.

C’est par cette petite voix intuitive silencieuse que je reçois tous ces textes à vous transmettre. Tout comme j’ai reçu plus jeune les intuitions pour mieux m’orienter dans mes études et parcours de vie dès que je me voyais enfin mieux, sans filtre de croyance, en laissant tout venir, sans me juger ni juger les autres.

Par contre, à l’inverse, mes pensées mal dirigées me retournèrent tout aussi efficacement mes mal-à-dits et accidents correctifs…, dès lors que je n’étais pas assez doux avec moi-même ou ceux de mon entourage !

LA SIMPLIFICATION DE LA COMPLEXITÉ ACTUELLE EMERGERA-T-ELLE ENFIN AU GRÉ DE NOS INTENTIONS D’ÊTRE ?

Ce préalable de conduite individuelle et responsable de soi a toujours été la base de toute civilisation réussie. Cela est révélé depuis longtemps en canalisations médiumniques (dites channeling en anglais), puisque ces messages font intégralement partie de cette connexion intérieure universelle partout présente Y compris pour les prophètes passés les moins à filtres inquiets.

Au lieu de vous fier à des radio-télescopes tournés vers les étoiles sur une fenêtre spatiale des plus étroites ; imaginez-vous que toute la création soit UN, que vous en êtes déjà UN ; et que plein d’aides multidimensionnelles (non incarnées en 3D seulement) vous soient immédiatement accessibles dès lors que vous cessez de vous maltraiter intérieurement, en doutant de tout et d’abord de vous-même (je suis passé par toute la panoplie des égarements possibles pour en témoigner, semble-t-il…).

Notre civilisation, candidate pour l’évolution universelle la plus sûre, commencera d’abord par se passer de trop d’outils de communication technologiques polluants, déficients, coûteux, pour préférer se croire ouverte à plus simple et nettement plus efficace et naturel, déjà là en soi.

Une connexion affranchie complètement de l’espace et du temps de l’École 3D nommée TERRE (celle où l’on aime dire : T’erre pour des « riens », sans le vérifier autrement que sous l’emprise stupide et naïve de croyances collectives « nécessaires », telles que les religions, les dogmes politiques et autres…).

OH, REFUGE IDÉOLOGIQUE…  CHAIRES-RITES…, QUAND TU NOUS TROMPE !

Pour se rassurer, tout enfant se précipite d’abord pour copier son entourage croyant ne connaître rien d’autre. Alors même que, tout petit, il était déjà connecté de manière multidimensionnelle, sans trop savoir qu’il pouvait exploiter cette connexion de manière précise, littérale et sûre, pour son plus grand bien.

C’est juste cela qu’enseigna la mère de Nikola Tesla a son fils. Rien d’autre ! Il ne tarda pas à l’exploiter comme je le fis de mon côté, mais d’une manière hautement technologique bien finement inspirée, car le croyant possible en lui-même.

En fait, chacun se crée ses limites de connexion intérieure universelle parfaite rien qu’en multipliant progressivement les doutes sur soi. Cela est pareil pour tout ce qui se passe de fâcheux en nos vies, qu’on soit anorexique, boulimique, cancre, obsédé de l’autre sexe, de manques quelconques d’argent de réussites, de collections matérielles…, et peu importe !  Eux aussi sont littéraux et sûrs de l’autre côté si accrocheur et tentant pour les émotifs non contrôlés !!!

Reste qu’on n’emporte-rases rien… de tout cela au part-radis/Ra-dits !

LES DITES « TRADITIONS ANCESTRALES BONNES à SUIVRE en fermant les yeux» QU’EN FAIRE ?

Il est à noter que énormément de peuples, tout en respectant les énergies d’ensemble, se firent piéger de toujours par certaines traditions ancestrales non passées au crible de l’analyse de potentiels autres à expérimenter. On faisait confiance aux anciens, sans voir que pour la plupart, eux ne faisaient que répéter, par paresse et par soumission passive ce qu’on leur avait prétendu vrai en leur enfance docile.

Il en est ainsi des traditions d’excès de bétail en savanes fragiles, comme d’excès de poteries demandant trop de bois de chauffage pour leur fabrication. Tout comme maintenant, de nos jours, de suivre docilement la mode consumériste inculquée sans discernement par les médias. Toujours plus au dépend des grands équilibres énergétiques et de la propreté planétaire indispensable au Vivant.

Le Vivant est notre garde-fou sensé nous montrer sa fragilité créative, évolutive douce, mais face à nos « traditions » fausses, c’est perpétuellement partie perdue d’avance !

Bizarre que l’Ensemble très Équilibré n’interpelle pas plus les consciences des excessifs qui achètent et font n’importe quoi…!

Si c’est de la faute des habitudes citadines prises depuis seulement quelques siècles, crues de « bonnes traditions élitistes » quand à perruques poudrées, fard, fixateur de cheveux couvert de beaux vêtements éternels… (sans plis fâcheux, mais pas assez biodégradable) ; ou, celles excessivement technologiques et robotisées par secteurs aveugles du reste, qui nous éloignent de plus en plus du simple bon sens naturel… ; vu l’urbanisation mondiale galopante d’avec la surpopulation centralisée et la démographie jamais corrigée, il y a à nouveau de quoi s’inquiéter.

Quelles guillotines mentales interactives seraient nécessaires, bénéfiques de s’édifier personnellement… ?

SOMMES-NOUS à LA CROISÉE DES CHEMINS, SANS CROISADES « TRADITIONNELLES » EN TROP ?

Difficile de ne pas le remarquer, même pour les plus crus rigidifiés sur leurs positions à étiquettes sectaires. Le sec air et les sèches terres sont là pour nous le rappeler chaque été : il faut changer et revenir plus au vrai durable de tout temps, doux, naturel, sain, joyeusement diversifié et inventif, tout en ayant connaissance fine de toutes les conséquences de nos choix de vie.

Sans plus simplifier arbitrairement nos modes de vie en les étiquetant et les forçant :

  • toi tu seras militaire mon fils (et moi mis-lits-t’erre… rien qu’à fortes-niquées) ;

  • non, tu seras fonctionnaire comme ton père (du style fonctionne-nerfs à dépression normales à ne plus bouger ni transpirer suffisamment, toujours mécontent et en grève dès lors ;

  • ne choisi surtout pas un métier trop risqué dans le privé, car tu ne parais ni assez inventif ni assez entreprenant là où tu en es !

Et voilà notre enfant « modèle » enfermé en des limites, des filtres de croyances qu’il n’a nullement choisies ni jamais cherché à dépasser… Puisque son père, au lieu de se taire et de le laisser se penser par lui-même en le réconfortant d’un sourire, lui imposa gras-voeux-ment en des réunions familiales inns-t’erre-minables ses limites dépassées d’autres époques complètement révolues. Les vieux meubles et tableaux de la maison, à escaliers usés par le temps des pas lourds de résignés à finir bourgeois, confortant ces folles vies fausses à l’envie… !

Il suffit de regarder le jeu inns-épuisable de parades des royautés en fin de course (ne serais-ce que lui) ; sans parler des leurres à voitures de courses ou carrosses relookés qui tournent en rond pour « rien » ; pour comprendre à quel point l’on nous a leurré en toutes époques ; rien qu’afin de tenter d’asseoir un pouvoir figé, exorbitant, de prétendus « réussis » trompant tout « son » monde en déguisements grotesques.

Même que les jeux en consoles, du type militaire et autres, ne consolent plus personne tant leurs débilités affligent à nous les rabâcher tels des jeux de robots… ! Sauf qu’elles maintiennent plein d’esprits naïfs en hypnose réelle, elle, chez ceux qui ne veulent pas trop réfléchir ni « se casser » dans des démarches de vies fixes à l ‘excès, maniaques ou phobiques, qui les mèneront plus tôt que d’autres droit… à la casse, au pis-l’or-rite… !

Noeuds vous ZAC-fols-laids pas, votre part cells-lestes, si très sainement bougée, adore les mélanges des mots pour éviter les pollutions des maux-t’hard n’ayant pas développé assez de bons mots-tôt bien dits. Vous casquez un max en costume en cuir sombre, bien fête’ss pour vous !

J’ai moi-même donné à ce jeu de faux équilibres, et failli y rester en quelques virages mal négociés, sauf que mieux vu qu’au pire inn-ex-trrrrrrrrrr’aime-hisse.

LE CULTE DE LA CIVILISATION PERD-FORME- HANTE STRESSÉE ET PRESSÉE DE SE FIXER EN VILLE A-T-IL ENCORE DES CHANCES DE PERDURER ?

En regardant une émission sur l’Équateur en Amérique Latine où les dirigeants s’empressent de copier l’Occident « riche à triches » à chercher à construire « rapidement » une ruineuse « ville des sciences » avec leur revenu provisoire de pétrole ; alors que leurs populations indiennes originelles ont été poussées, par abus des riches captant toutes les bonnes terres, à fuir les montagnes pour s’entasser en favelas ; cela révèle une tendance mondiale de la précipitation des copiages de pays prétendus réussis, mais que naïvement l’on n’a jamais pu croire devoir analyser à fond…,  avant de se risquer à les suivre. Juste à ne se laisser qu’avec des apparences clinquantes du style Las Vegas qui ne ‘perde-urée-ra-pas’ car entourée que de désert, toux comme les autres.

Le vrai redressement de civilisation, là comme ailleurs, devra s’évertuer de redonner du sens à nos vies calmes en campagne, comme jardinier paysagiste et climatologue thermicien bon teint, celui basané de vrai soleil bien sûr, et le moins possible à ne valoriser faussement que les teints livides et malsains, bronzé aux UV dangereux des viles villes.

L’on sait depuis toujours que l’excitation stressante des villes ne donnent rien, surtout si à jouer un jeu forcé de catégorisations sociales obligées de se battre pour survivre. Le collectif prime, mais pas n’importe lequel ni dans n’importe quel affolement, comme nous le montre l’ouverture à la concurrence du réseau ferré de France. rien de préparé longtemps d’avance pour. Bof, le personnel s’adaptera ! Marche ou crève !

Les chemineaux ont raison de faire grève si la complexité diluée du système de gestion ferroviaire menace la sécurité par dispersion des responsabilités et des structures. Laquelle dispersion s’emballe pour « raison d’État », en fait, par effet de pression européenne prétendue capable de « normaliser » par diktats presque soviétiques…, mais encore trop lié aux lobbies parcellaires du « modèle » capitalisme, lui aussi autant à changer que le prétendu « modèle » commune-liste d’autre-foires.

La croissance des prises de conscience de l’humanité (liée à la croissance des communications et de l’information) envers d’autres potentiels de changements plus décisifs, mieux analysé et gérés en continu, fait qu’on arrive à des impasses, sinon des croisées de chemins à franchir vis à vis des scléroses présentes.

Le matérialisme trop rigide se coltine à la souplesse grandissante du virtuel, de l’immatériel des connaissances accumulées grandissantes qui n’a plus trop la patience d’attendre ceux qui ne veulent rien changer.

Le nouveau monde, l’aboutissant épanoui de civilisation sera à la fois Vivant, Virtuel et Réactif ou ne sera pas ! Il faudra efficacement corriger les dérives, les erreurs et ne plus « faire »… qu’en parler !

La société industrielle « FAST » n’a aucun mérite quand elle s’empresse de couler du béton avec de la ferraille pour se donner une importance exagérée (dite « très moderne »), ou, pour favoriser les pouvoirs de quelques prétendus correctement élus (rien que sur des promesses qu’il se savent déjà incapables de tenir). Cela en accroissant les inégalités par spéculations massives, bulles financières et immobilières qui détruisent derrière toute cohésion sociale et vitale évolutive sur le long terme.

Ou l’humain conscient en sa part haute de l’âme retrouve ses pleins droits responsables de soi et de votation par instructions lucides, en prise avec son époque. Ou bien, à défaut, ce sera le rôle d’ordinateurs très puissants et très évolués d’analyser à sa place les foules de potentiels nouveaux sur des masses de données colletées de toutes parts de par ce monde. Voire, de concilier l’évolution des deux systèmes en permanence.

Alors, une normalisation mondiale de diffusion de données immédiatement comparables sera nécessaire. Bien évidemment qu’une société qui se complexifie ne peut le faire qu’avec prudence, sachant toujours plus raison garder.

A l’inverse, une société trop active, trop dynamique,avec des moyens accrus très performants devrait s’équiper de garde-fous, de moyens d’analyse et de contrôle, de gestion des redressements des dérives subies aussi efficients que son activité débridée.

Hors, quand on regarde à l’heure actuelle la prolifération mondiale de constructions monstrueuses :

  • tels les gratte-ciels uniquement pour gens aisés qui n’en veulent, ou vides d’habitant car aux charges d’entretien énormes…(les retraites d’actifs ne suivant plus le même rythme),

  • les banlieues de mégalopoles sans plan d’urbanisme,

  • les zones industrielles et commerciales immenses (devenues en friches à la récession suivante),

  • les cadavres d’une prétendue « croissance valable, inespérée» gardées sur les bras et jamais démolies (comme à Détroit avec l’industrie automobile en surproduction hâtive non régulée),

il y a de quoi se demander quelles tromperies les gouverne-ment du monde espèrent-ils encore longtemps nous faire valoir sans se dévaloriser définitivement, en détruisant l’idée de partis politiques naïfs du même coup.

C’est pour cela que les garde-fous analytiques de la mondialisation de toutes les données sociales, économiques et financières permettant l’étude collective des nouveaux potentiels à prévoir ne seront évitable à aucun système de notre société actuelle et future.

Sataniser les ordinateurs mondiaux en rendant leur clarté d’accès opaque sera la pire des bêtises à ne surtout pas envisager de faire, car les jeunesses qui viennent, fortement éduquées et de qui l’on exigera toujours plus de performance, très informées smartphone en main, ne l’accepteront pas !!! –

Nique haies te nonc….                             Ciné squat nonnes… (mon reste de Late-inn remanié par E.T.)

LA COMPLEXITÉ DE CIVILISATION EN IMPASSE ?

Nous avons accepté plutôt servilement de jouer le jeu d’une civilisation de plus en plus technologique à structures opaques facilement complexe et mensongère, apparemment une fois de plus, de trop, dans l’impasse.

Cela, peut-être, afin d’apprendre que Le Vivant autonome, autosuffisant est le plus performant et évolutif des mécanismes universels, dont chacun de nous fait intégralement partie en personnalisant sa conscience.

C’est ce qu’on appelle la guidance intérieure douce de l’âme (mémoires universelles de toutes nos incarnations passées et futures multidimensionnelles), ou, perfection de Sagesse immanente du cerveau droit (assimilable à des connexions parallèles de cœurs multiples d’un microprocesseur – impliquant la souplesse du software, des logiciels). Les plus récents fortement intuitifs comme Watson aux USA.

De l’autre côté, s’opposent (à cette performance douce et durable, sensible en nuances évolutives) les expressions de société complexes, dures, difficiles, prétendues comme les seules voies de réussites linéaires, pyramidales exploitant l’hémisphère gauche du cerveau de manière temporelle linéaire (qu’on peut assimiler par analogie aux structures filaires d’un ordinateur répartissant et traitant l’information par paquets de manière automatique, dite intelligente car travaillant avec ce qu’elle sait de manière terrestre et tridimensionnelle – le hardware).

Cette intelligence ne préfère pas vivre de ruptures de connaissances trop marquées et d’abord jouer sur sa mémoire immédiate, mentale inquiète et souvent frustrée, voire dépressive ou paranoïaque, plus que d’utiliser de préférence celle calme et intuitive, cachée.

De ce fait, au lieu de faire se développer l’intuition rattachée à la technologie et à la science, bien qu’on sache que les savants trouvent les plus brillantes découvertes à partir de « rien », l’on s’obstine trop souvent sur les mêmes voies de développements sociaux et structurels excessifs, pour faire du job de « spécialiste indépassable » quettant soi-disant vers les étoiles, le prétendu lointain et mystérieux, pour ne déboucher que sur des planètes vides ou des astéroïdes prétendus menaçants.

Au lieu d’admettre que Le Vivant en Soi est déjà connecté de manière pleinement créatrice depuis notre naissance à notre source d’âme multidimensionnelle personnelle, autant qu’aux niveaux d’expériences universelles collectives (tels que le vécut le génial Tesla, entre autres…), et au Tout énergétique Terrestre pour faire venir la pluie, commander aux éléments, comme les chamanes de tout temps, les indiens hopis entre autres.

Alors qu’il aurait été si simple et efficace de s’écouter en lien avec notre sagesse terrestre collective comme le réussissaient si bien dans la nature les peuples amérindiens (sans pour autant besoin de « cale-humait » de la paix faussant la connexion), des respirations douces et continues bien suffisantes :

Depuis cette réussite multi-millénaire, le culte de la protection matérielle excessive en temples et palais brûlant nos forêts  s’est imposé aux crédules de manière hypnotique attendant tout « des dieux » (au lieu de leurs dits-eus analytiques, raisonnés), avec toutes ses dérives de besoins de fortunes matérielles mensongères infondées et factices à forte manipulations des masses, du Vivant, aux dépends des vies harmonieuses et durables d’ensemble en respect de tout.

On y est, en plein fiasco de manipulations mondiales par l’argent prétendu roi et seul capable de réguler ce monde !

POURQUOI DEVOIR ANALYSER GLOBALEMENT LES RESTES DE CIVILISATIONS PASSÉES ?

Si l’on ne prend que le pourtour de la mer Mes-dits-errent-ra-niais, à copieurs satisfaits de leurs dites traditions valables d’un siècle à l’autre, déjà pour la ville copte d’Antinoé (Antinoupolis) disparue en plein désert, plus qu’à montagne de poteries cassées, l’on remarque pleinement la dérive des prétendues « bonnes habitudes de civilisation » qui amenèrent à ces déserts-là, sans travail sur les vues planétaires d’ensemble.

Les égyptiens de la haute antiquité (celle des pharaons – nous, devenue cells des phares-ah-honte…) ont perduré tant qu’il ne faisaient aucun excès au bord du Nil, connaissant à quel point la savane de leur époque était précaire. Il retenaient en terrasse le précieux limon que charriait le Nil. Mais…, messes/mess sans recréer les talus arborés nécessaires pour un prolongement en amont sur les collines (v. http://greenjillaroo.wordpress.com) pour étendre le roulement d’humidité arborée strictement indispensable / inn dispense sable, (????).

Une fois assis en confort excessif qui nous engraisse et nous empêche de beaucoup bouger, trop nourris de graisses animales, sommes nous dispensés d’éviter de s’occuper de la nature à fond pour finir systématiquement obèses en nos déserts ??? Regardons aux USA ! Ne serais-ce que là d’abord…

Dès que la basse Egypte ultérieure se retrouva à développer excessivement des positions assises, de prêtres et de serviteurs ‘sert-villes’, il leur fallait plus boire que de transpirer (pour ne pas avoir trop chaud), et de préférence du vin comme les grecs et les romains ultérieurement.

Hors, dès que le commerce du vin en amphore fût inventé, ce fut la catastrophe écologique résultant « en prime » du mode de fabrication de ces poteries, rien qu’au bois… très rare en ces régions !§ !

Une civilisation de trop, plus qu’à fausses prétentions sculptées en vertical, les colonnes de pierre imitant des asperges…, se coupait du naturel vital global : la nécessité impérative de reconstruire des forêts vierges aménagées là où il en manque !

Que les russes cassaient leur verre de champagne dans leurs orgies à roulette russe, les anciens du pourtour de la mer ‘médite-erre-vanés’ devaient casser des poteries des amphores à qui « mieux mieux » pour faire riches à triches.

Sans se rendre compte qu’il y avait en amont une pénurie grandissante de bois dans les régions asséchées où il n’allaient plus même chasser, le gibier vite en manque. La gestion préalable et précautionneuse de l’ensemble laissée négligemment de côté…!§ !

De ce fait, les prêtres égyptiens finirent par inventer des dieux à têtes d’animaux pour cacher leur larcin, comme nous maintenant en annonçant de partout que les races animales s’épuisent, sans rien faire pour éviter nos déserts continentaux grandissants.

LES TRADITIONS PASSÉES, à CONSERVER PEUT-ÊTRE…, MAIS PAS TOUTES !

En regardant un reportage récent sur la mutation de « civilisation » des aimables « sauvages » papous de Bornéo, je me suis dit que la borne-ai-eau allait risquer une fois de plus d’être franchie avec le commerce et les moyens prétendus « modernes » de regroupement vendus « sécurisés ».

Ces papous-là ne se battaient que pour se distraire, faire la fête, en costumes très décorés. Comme ils respectaient leur jungle, elle ne présentait aucun animal dangereux, aucun serpent venimeux même… ! Seul le python était à saisir à la tête avec rapide précaution.

Ces papous-là se promenaient nus, les hommes habillés seulement d’un étui pubien qui montraient leurs muscles avantageux de grands marcheurs-inventeurs-bricoleurs jamais obèses (du moins tant que pas de téléphone portable à la main, cherchant à faire du commerce d’import-‘ex-pores’…).

Depuis lors, les jeunes se décidèrent d’aller tenter leur chance en vile-ville, et se déguisèrent en vêtements plastiques solides et trop durables. Dédaigneux des traditions naturelles de leurs ancêtres…, mais pas de l’installation de robinets connectés à des tubes en plastique au lieu du bambou fendu d’autrefois…, ni des poubelles rendues dès lors obligatoires.

La prise en charge en réseaux payants et taxés était inéluctable à terme !

QUEL BILAN GLOBAL POUR NOTRE DITE CIVILISATION « MODE-ERRE-NOEUDS » ?

En prenant l’étendue croissante de déchets plastiques issus de l’industrie du pétrole qui jonche notre monde actuel, en déserts et déforestation accrus, l’on voit avec ‘stup-paye-fraction’ le désastre de nos coutumes commerciales incontrôlées, récentes et hâtives (noyons vite le poisse-sons pour tromper nos enfants… !!!).

Pourtant, le pétrole est issu des végétaux et tout plastique écologique, biodégradable sans risque pour la santé pourrait être fabriqué par notre chimie moderne à partir de cellulose et de bactéries ciblées.

Mais par « soucis » d’économie sacro-sainte (et pas saine, toux le cons-traire…), l’on nous vend l’inverse du bon sens du passé, la précipitation au travers de prétendues modes inévitables (comme celle de parfums ruineux au prétentieux noms de « Savage » pour faire passer la pilule, prétendu revenu au vrai (entouré de fleurs sauvages qu’il n’y a même plus nulle part…).

Le bilan global n’a jamais était fait avant de produire, jam-mets, car « il faut se nourrir », mais maintenant que du pire artificiel salement packagé aux pollutions à conséquences de santé incontrôlables…!§ !

CHANT- JONCS ou CHIANTS-JONQUES en vies prétendues célestes et mieux ailleurs ?

Avoue dieux/d’yeux voir, côté troisième œil intuitif connecté mieux dit. Moi, j’ai fait ma part sans jamais refuser de vérités étendues n’oubliant rien !

LES ETATS OU CONFÉDÉRATIONS D’ÉTATS FONT-ILS LE MIEUX ?

Si l’on regarde l’Europe, il n’y a que la Suisse, la Confédération helvétique, qui grâce à la votation des peuples (souvent plus sensés que les lobbies et cartels autres) a une politique énergétique des transports éclairée… ! En effet, ce pays est le seul a avoir créé un réseau national de stations-service proposant du gaz naturel (du GNV).

Hors, on le sait, tout gaz importé est fossile et dépendant de provenances peu sûres, pas garantie, la qualité du gaz importé n’étant même pas la même suivant la provenance.

Pourtant, ce gaz est bien du méthane issu de la putréfaction des végétaux, tel le gaz de marais. C’est donc une énergie totalement renouvelable si extraite de végétations renouvelées, de feuilles d’arbres, lesquelles sont en plus des pompes à CO2 dans l’atmosphère.

Le bilan global du GNV est parfait si l’on en généralisait la production en valorisant nos forêts en talus à terrasses arborées genre rizières qui feraient « forêts primaires », et, retiendraient l’eau et l’humus en prime !

La preuve que nous sommes mal dirigés, conseillés, orientés (en plus de nos mal-à-dits pas enseignés de changer dès l’enfance) est exprimé dans l’orientation actuelle des industries de distribution et fabrication de l’énergie qui ne suit pas ce modèle écologique et dynamique propre évident, mais laisse les industriels en place imposer leurs préférences.

Notre agriculture, nos pétroliers et constructeurs automobiles nationaux ou européens ne sont nullement obligés de s’orienter vers de telles réalisations d’avenir. On leur laisse une fois de trop le choix qui les arrange et eux seuls !

Pas de généralisation de réseau GNV mondial non plus avec l’obligation de proposer des véhicules hybrides électriques les plus souples et légers possibles (à supercondensateurs et batteries comme certains bus récents) doublé d’un complément d’autonomie par petit moteur GNV.

Toutes nos industries devraient tendre sans discussion possible vers le plus écologique, autonome propre et sûr pour la santé…, et l’on continue à l’inverse en refusant de voir l’évidence, comme pour le déplorable commerce des armes, la déforestation spéculative… Tel n’est pas une civilisation accomplie…!§!

LES ERREURS DE CIVILISATIONS, PREUVE DE LA RÉINCARNATION SUCCESSIVE ?

C’est ce que révélait également Edgrar Cayce dans ses lectures médiumniques endormis, lui-même à l’état conscient, peu instruit mais croyant, incapable de savoir que les autres planètes seraient des refuges de consciences à colorations particulières entre deux incarnations créatrices physiques sur Terre.

Vu sous cet angle, le système solaire tout entier serait un tout expérimental pour l’âme fort utile et ‘jus-dix-scieux’ (dit avec humour la pilule d’incarnations répétées passe mieux, y compris comme pour moi-même, il me semble celle de la dernière guerre mondiale qui me dégoûta de tout ce qui est militaire et embrigadé en cette vie-ci).

Un autre médium réputé, mais lui ingénieur géologue plus instruit appuie sur cette notion de réincarnations successives utiles pour l’âme :

http://terrenouvelle.ca/Messages/lexperience-de-la-mort-et-le-domaine-de-lapres-vie/

Il n’est pas le seul puisque un troisième, Lee Carrol fait de même aux USA :

Sur Terre, sans savoir même être connectés consciemment, il semble que nous nous donnions le mot pour révéler le « pot aux rosses », car vu les dégâts occasionnés par nos dérives de civilisation à concurrence commerciale grotesque, dite « avancée », celles-ci ne peuvent perdurer à moins de risquer des catastrophes planétaires vitales encore plus grande. Celles appauvrissant considérablement la diversité de la faune et de la flore, qu’on sait être un rempart efficace contre les maladies.

Si cette diversité de la nature nous apporte tant de joie, c’est bien qu’il y a une raison à la fois émotionnelle et énergétique, les stimuli positifs bien plus grands, et la concurrence des genres beaucoup plus efficaces entre les différences de chaque règne.

Ce n’est donc jamais en banalisant, uniformisant les espèces que nous réussiront à évoluer. Les robots du même genre ne donneront que des clones inefficaces. On le sait avec le croisement trop poussé des races animales domestiques crues optimisées en les spécialisant.

C’est au contraire en les implantant dans des climats et biotopes fort différents que nous auront le plus de chances d’en faire des races solides, de même pour l’homme.

Là où il y a d’élégantes et puissantes sélections… naturelles, les chances d’évolutions croisées réussiront d’autant mieux ultérieurement.

Un indien d’Amazonie, un « sauvage » doux de Bornéo a plus de chance de donner des croisements réussis avec d’autres races que les croisements de malingres des viles villes. Pas besoin qu’un Jacques Dur-tronc nous le chiante pour le savoir. Reste à trouver les formules pour que ces croisements optimisés se fassent.

L’intelligence mentale manipulatrice des mégalopoles n’a rien à voir dans l’histoire si pas passée en plusieurs réincarnations successives dans un bain de forêt vierge parfaite pour l’aimer copieusement.

J’appuie sur cette notion pas très nouvelle, car, il semble que je l’ai vécue en de nombreuses vies passées, puisque à aimer fortement la nature des ma naissance, ce qui n’était pas forcément le cas de tout mon entourage, du moins avec la même intensité.

Hors, une fois cette reconnaissance du cœur active, qui est également sagesse universelle, beaucoup d’âmes non incarnées semblent nous aider en toile de fond multidimensionnelle… ! Avis aux candides-hâtes du genre. Vous chercher à améliorer l’ensemble naturel sans trop le forcer, vous y serez copieusement aidés…, même très ‘cops-pieux-se-ment’ !

QUELLE PÉRENNITÉ DE « CIVILISATION UNIVERSELLE » PEUT PARAÎTRE ACCEPTABLE ?

Ce n’est pas la quantité de « réussites » matérielles artificielles et consommatrices de ressources planétaires épuisables, finies, en prétention sur des dogmes éphémères qui fait une civilisation…

Mais la qualité d’intégration durable et globale de celle-ci dans l’environnement qui lui a été prêté pour apprendre la gestion universelle des mondes, au sein d’une complexité naturelle remarquable, forcément à préserver.

Une quelconque civilisation ne peut prétendre au rang de civilisation universelle si elle n’a pas d’abord su gérer de façon fine le contexte planétaire dans laquelle elle cherche à s »épanouir, sans négliger ou mettre de côté aucune des composantes de vie et d’évolution saine du biotope originel en vigueur.

Remarquons à ce sujet que l’indien d’Amazonie, l’esquimau, le chinois des rizières en terrasse est bien plus qualifié pour prétendre à ce titre que n’importe quel autre citoyen du monde qui joue les conquérant en caravelle, comme Christophe Colomb jadis et tant d’autres.

De nos jour, la destruction de l’environnement, des sols et sous-sols, des mers de l’atmosphère est à son comble et aucun prétendu « bon dirigeant » ne s’en émeut. Il préfère compter les adhérents béats, serviles de son foutu parti politique, et cela reste son seul critère ou presque pour se faire valoir, puis élire, sans que l’expertise et la sagesse à long terme de cet élu ne soit examinée et prise en compte…!§!

Notre société analyse de mieux en mieux ses dérives, mais paradoxalement, sans chercher à les corriger dans le sens du long terme, alors qu’elle a tous les outils pour le faire. Alors, c’est au citoyen de se prendre en charge d’abord sur le long terme, le seul valable, et par exemple : soit de partir reconquérir les déserts ; soit de décider de ne faire qu’un enfant au maximum pour ne pas manquer d’emploi.

Au lieu de mobiliser rapidement les ressources mondiales de recherches sur le’s mêmes sujets très préoccupants afin de faire des performances collectives utiles, on les oppose en de prétendues luttes ‘comme-herse-y-aillent’ à fausses façades brillantes qui ne font que plus de productions inutiles et de pollutions, encore et toujours…

Les modèles en présence, en mode, « valorisés » par forces publicités incessantes et fausses, sont ceux des excès continuels d’une minorité de riches qui s’approprient un coin de paradis terrestre, au lieu que la raison l’emporte pour démontrer que toute société doit se gérer avec prudence et sagesse.

Il suffit de voir comment les camions bruyants et polluants (au lieu de ceux déjà à méthane fait en campagne avec le lisier) ont pris de l’essort dans les transports ; alors que des dirigeables, le ferroviaire faisaient bien mieux. C’est un des nombreux exemples de précipitation technologique qui n’aboutit au final qu’à des embouteillages et des grèves stériles, stressantes, par concentrations humaines excessives, alors que des répartitions autarciques et responsables des populations étaient strictement préférables depuis toujours.

Mais, les populations responsables et autonomes ne peuvent être manipulées comme le sont les citadins enfermés en des clapiers avec juste une télévision pour croire se « distraite », plus capable que de grossir sans aucun muscle ni organe sain derrière.

A contrario, ce qui caractérisera notre civilisation à vocation universelle sera la capacité de chacun de ne pas copier les dérives passées et de chercher à se définir, procrérer sur des critères de perfection collective ne faisant l’impasse sur aucune craractéristique de santé ou de société, quelqu’il soit.

Il est trop facile d’accuser d’eugénisme ou de raciste telle tendance évolutive ou clairvoyante qui déplaît rien, que pour assurer derrière son petit confort faux de citadin, étroit, aveugle et égoïste. Dans ces conditions fausses dès le départ, notre civilisation en bout de course ne peut que basculer dans les extrémismes les plus brutaux, intolérants et pervers, tout comme autrefois.

Aucun parti qui se prétend avoir des droits collectifs, prétendus de masse, rien qu’en défilant derrière un fanion ou avec des médailles ne se justifie, surtout s’il ne fait qu’accroître les dérives d’une minorité au dépend de majorités délocalisées respectueuses de la diversité harmonieuse à long terme. C’est une évidence, et pourtant, même ‘ONU ne se donne pas les moyens pour faire arrêter les ventes d’armes partisanes de par le monde, alors que c’est son job !

Tout jeune actuel n’a pas à s’empresser de copier les autres ou de se stresser pour prendre des prétendus (prêts-tendus) ascenseurs sociaux ; mais bien de s’analyser pour voir si son corps, sa génétique est capable d’apporter un plus quelconque en pratiquant la reproduction ; et dans le cas contraire de s’abstenir comme je l’ai fait, trop de déficients mentaux en ma branche paternelle.

Preuve que la sagesse universelle intérieure m’aidait en ce sens-là, je n’ai pu m’entendre qu’avec une jeune femme déjà stérile ! Sachant que ce sont nos intentions primordiales qui sont créatrices, de manière sûre si maintenues, nous pouvons donc mettre un bémol sur toutes nos peurs passées justifiant tout et n’importe quoi. La direction intérieure sage, universelle la meilleure est possible, à condition d’en poser préalablement les jalons intentionnels en soi ! A ce stade, l’on n’est plus seul, même si extérieurement cela ne se voit pas !

LA FAUSSE VALEUR AJOUTÉE DE LA TECHNOLOGIE ‘GRANDE-Hiii-SENTE’

Il suffit de voir l’addiction des uns et des autres à ses collections matérielle et technologique pour mesurer qu’un rien qui reluit et fait VROM-VROM, qui bouge à notre place, qui nous transporte sans faire bouger aucun muscle…, nous fascine. on n’accepte plus que de bouger des yeux ou juste du bout des doigts sur un… ‘smart-faux-on’ !

Une honte…, face à la perfection auto-réparatrice du Vivant qui peut tout corriger en soi (à le maintenir comme sa réalité vitale, tel un saurien et pas comme un sot-rien…).

Pour sa part, la technologie demande toujours plus d’énergie extérieure ajoutée, de réparation, de pollution faite tout au long de la conception du produit jusqu’à son éventuel possible recyclage. Concevoir des appareils ou des produits avec le maximum de matériaux naturels facilement mis au rebut sans dommage pour l’environnement est loin d’être la règle, vues les pollutions océaniques, poubelles ultimes des irresponsables de tous bords. A ne plus savoir s’il est encore sain d’avaler une gorgée d’eau de mer le long de nos côtes. Les tankers et paquebots de croisière les premiers à ne pas fonctionner au gaz méthane comme cela leur devrait être rendu obligatoire au niveau mondial, celui qui prime.

QUELLE VALEUR RÉELLE RECONNAÎTRE ENFIN AU MIRACLE PERPÉTUEL DU VIVANT ?

Prenons Darwin (et les Galles-a-pas-grosses ?) qui a su observer en ces îles lointaines la diversité d’évolution caractéristiques de ce biotope remarquable. Il est loin  d’être le seul à l’être quand on a la chance de tomber sur un reportage animalier relatif à un coin encore préservé de la planète. Pour l’extinction des races humaines primaires, l’on peut déjà faire notre deuil. Pas la peine même d’en parler. L’on a découvert en plein Sahara, autrefois très humide sans l’homme et son bétail, que sur 5000 ans environ, deux types de peuplades s’étaient succédés dans une cuvette parfois inondées et que la première était bien plus grande et solide que la suivante.

Il en serait de même pour Croc-Magnon comparé à Homo-Sapiens, il est vrai avec des variantes spatio-temporelles assez floues quand même. Bref, aucun bilan de civilisations passées n’est vraiment possible, ,à moins d’être un archange, un être hypothétique nous surveillant en d’autres échelles universelles.

Hors, qui préfère tenter de s’aligner intérieurement souvent et calmement à ces niveaux suprêmes d’informations sûres pour voir si ils existent ???

Le Vivant a cette capacité naturelle par l’esprit. Même le dit animal « inférieur » l’a par son instinct, son intuition.

Les évolutions des races animales sur le long terme montrent bien,  sans aucune équivoque possible, que chaque espèce animal, chaque individu même évolue suivant les circonstances du biotope où il doit chercher sa nourriture. Ainsi, en Australie, certains petits marsupiaux ont dû apprendre à grimer aux arbres pour chercher leur nourriture, et leurs membres antérieurs se sont allongés et renforcés pour ce faire par rapport aux marsupiaux restés à même le sol.

C’est une preuve parmi des multiples d’autres que la conscience animale (dont nous sommes puisque primates crus évolués) est créatrice…, tout comme nous feignons de l’ignorer être ! C.q.f.d. (ce qu’il fall laids d’aise montre raides n’aise…).

Vous croyiez jusque là à une unique incarnation sur Terre ? Détrompez-vous ! tant que vous n’aurez pas rendu performant votre organisme au delà des « faiblesses » humaines affichées incontournables, vous reviendrez !

Un sprinter amateur allemand en 100 m haies s’étonnait d’avoir facilement pu continuer son sport presque sans perte d’efficacité jusqu’à 76 ans, tout simplement parce qu’il aimait beaucoup de maintenir en forme par ce biais-là.

Moi-même, né prématuré et rachitique en mon enfance (avec sortie de corps par étouffement bronchique, qui me prouva que de m’aimer me guérissait « d’en haut » en moi avec un minimum de compassion exprimée, puisque revenu dans ce corps guéri…), j’ai dû apprendre trois fois à m’auto-guérir. Ce sont mes preuves à moi que Le Vivant est bien plus adaptable et modifiable qu’il n’y paraît et que la science officielle ne le laisse entendre.

LA NOUVELLE VRAIE CIVILISATION EST-ELLE DÉJÀ LÀ ?

En effet, il suffit de se mettre au calme face à la nature un soir d’été, et de lentement se laisser imprégner de la Lumière vraie et paisible de tout ce qui est, en l’aimant (vue perfection déjà présente), pour commencer par voir en intermittence l’aura des contours de tout l’environnement, autant celle des arbres que des constructions.

Le calme intérieur profond fait accéder à cette énergie invisible, aurique, qui enveloppe déjà toutes choses, toute la planète. C’est notre manque de calme et d’alignement paisible à tout ce qui est qui fait que nous ne percevons généralement pas cette énergie quantique (fine) présente en et autour de toutes choses. Pourtant, il suffit de quelques minutes de notre temps, en calmant le jeu abusif du mental pour arriver au niveau des perceptions de ce que l’on nommait être l’auréole des saints du passé.

Ceux-ci n’étaient simplement que parfaitement calmes et accessibles à la vision de ceux aussi calmes qu’eux, les rares ayant enfin compris ne pas être séparé des énergies saines et paisibles de la planète, ses meilleures énergies vitales.

Il n’est pas nécessaire d’aller faire le fou en forêt vierge comme en certains films d’aventure sensés vous « tenir en haleine », mais où vous ne respirez plus. Ni de visiter des temples antédiluviens prétendus sacrés, à mystères indéchiffrables. Ce n’était qu’une sorte plus primaire de manipulations de masses, tout comme nos nouvelles actuelles. Tout ce qu’on nous présente difficiles à comprendre, à mettre en scène ou à réaliser permet n’importe quel jeu de pouvoir abusif.

Quand vous regardez à la télévision un film animalier vous montrant un torrent de forêt primaire, imaginez vous sur place, pleinement…, immergés dans cette eau pleine d’énergie vitale parfaite ! Là vous verrez peut-être certaines de vos énergies se guérir… !

Par l’esprit, lequel est sans limite, l’on peut donc « se téléporter » en accointance vers les énergies les plus saines et vitales, les plus bienfaisantes de la planète, même à distance, car il devient urgent d’admettre que cette conscience dont on nous dit d’avoir peur est sûre et qu’elle a moins d’impuissance qu’il n’y paraît. La preuve, à ne croire qu’au côté négatif, on se le retourne à la perfection en mal-à-dits et accidents en tous genres. L’autre côté n’a pas plus de limite non plus.

Alors vérifions-le pour tout… ! Pourquoi se limiter côté bon sens du retour de notre perfection métaphysique sûre, sans l’avoir cherché à le tester à fond, rien que sur des peurs infondées issues de croyances passées jamais assez contredites, sinon satanisées à tort.

Combien cherchent à se répéter auto-guéris comme je l’ai fait, sans jouer au sorcier ou au guérisseuses ? Chacun est libre de croire aux sottises non vérifiées qui « l’arrange ». A en faire une drogue, une addiction, il verra bien le résultat. Ce sera sa leçon de vie venue plus rapidement que pour d’autres bloqués et en pause.

De ce fait, il est inutile que nous passions notre vie en véhicules polluants à jouer les touristes pour visiter des monuments exagérément faux du passé (comme ceux des pharaons pris pour des dieux alors qu’ils avaient peur de leur mort…).

Quand notre civilisation aura compris qu’il est néfaste de fuit la nature, qu’il faut l’aimer en paix et équilibre totaux globaux, pour que tout fonctionne sans catastrophe nulle part, pour qu’elle nous le retourne tel qu’on veut la voir, tel un enseignant global parfait…, cette nature ne sera plus malade, ni pleine de moisissures « néfastes ». Elle fonctionnera à nouveau parfaitement, telle qu’on l’aimera vouloir voir telle… !

Imaginer possible des moustiques de la chikungunya dans le sud de la France c’est faire en sorte de les attirer à soi, et peu importe comment ils arrivent (par avion ou par bateau). Tout est attraction de l’esprit. Tout comme quand on craint ceux de l’autre sexe et qu’on s’attire alors son « nul » ou son « vainqueur ».

Les « sauveurs au pouvoir » finissent faux ou abusifs, toujours, car nous avons tous à redevenir doucement leaders constant de nous-même ! Ce n’est pas une sorte de cinéma permanent, mais bien la douce réalité la plus crue « insignifiante, que l’on s’étonne alors de vivre quand même. La loi d’attraction de toutes nos pensées les plus crues « banales » est littérale, scientifiquement effective, donc sûre ou imparable suivant qu’on la craint ou s’en sert en dirigeant toujours mieux ses pensées aberrantes.

Beaucoup de gens sont excessifs et s’étonnent d’être finalement malades ou de travers. Trop « en pose rigide » en leurs croyances, ils n’ont qu’à s’observer et de tout relâcher, libérer de vues difficiles dans leur vie, alors tout leur viendra plus réussi et très harmonieux, naturellement.

Il n’y a pas à sauver le monde matériel seul en le rendant plus technologique pour faire de plus en plus de paresseux obèses perdus côté mental par excès de nutrition grasse. Mais à se faire confiance en nos pensées les plus simples et voir si tout ainsi nous arrive plus synchrone avec l’ordre parfait d’ensemble, des Origines, dont l’énergie planétaire a encore trace.

Toutes les informations des médias n’arrêtent pas de nous bassiner avec l’extinction des forêts primaires et des races animales, rien que pour avoir des sujets de film (regardés avec inquiétude, of course). En certains endroits c’est effectivement le cas et très dommage.

Mais, nul besoin d’en faire des généralités. C’est à l’humanité entière de limiter ses pulsions sexuelles égoïstes ou ses envies de gosses pour se sentier utiles. Pas possible d’envisager les évolutions continentales autrement. Puis restera à repeupler partout les forêts primaires en retenant les eaux et l’humus au mieux, en régulant les feuillages pour éviter les arrosages et sécheresses. En s’échangeant mondialement des graines d’arbres, l’on aura gagné !